feulenoir feulenoir.com site dédié à l'étude des mustélidés appartenant à la accueil elevage forum livres contact furet putois visons autres mustélidés
Présentation du site feulenoir.com dédié aux furets, furetons, furet, albinos, visons américains, vison européen, vison d'Europe, vison d'Amérique Tout ce que vous voulez savoir sur le furet albinos Tout ce que vous voulez savoir sur le furet, furette et furetons Tout ce que vous voulez savoir sur les putois Tout ce que vous voulez savoir sur les visons européens américains vison d'amérique vison d'europe Tout ce que vous voulez savoir sur les hybrides furets visons putois puret futois Tout ce que vous voulez savoir sur les loutres Tout ce que vous voulez savoir sur les Mouffettes Bibliographie furet sur le net Liens Web
FEULENOIR :: Voir le sujet - Alimentation du furet : Dans la nature
Alimentation du furet : Dans la nature
MessagePosté le: 14 Aoû 2005 19:21  Auteur:cesar (Administrateur)

Alimentation du furet en milieu naturel

Résumé : Nous avons cherché à connaître quel était le régime alimentaire des furets (M putorius furo) vivant en milieu naturel et à le comparer à ceux d'autres mustélidés. En milieu naturel, le régime alimentaire du furet comprend surtout des petits mammifères (lapin, rongeurs), des oiseaux et leurs œufs, des invertébrés et pour les animaux vivants à proximité des zones humides des amphibiens et parfois des poissons. En terme de proies, ce régime est en tout point semblable à celui du putois et du vison européen.

Reproduire l'alimentation naturelle ou s'en servir comme base pour composer une alimentation artificielle est une idée très séduisante. Malheureusement il n'existe pas en France de populations identifiées de furets revenus à l'état sauvage (furet dit "marron") qui nous permettraient de connaître précisément leur régime alimentaire. Attention à la nuance, je n'ai pas dit qu'il n'existait pas de furets redevenus sauvages en France. Par contre, si nous étendons nos recherches au-delà des frontières, nous découvrons qu'il existe dans le monde au moins 2 populations connus de furets sauvages.

- Une population de furets "marrons" (Mustela putorius furo) en Nouvelle-Zélande, introduits initialement pour lutter contre le développement des lapins sauvages. Il semblerait que certains de ces furets, soient en réalité des hybrides putois-furets.

- La seconde population est incarnée par le furet sauvage américain, couramment appelé "Furet-aux-pieds-noirs" (Mustela nigripes). Cette espèce est actuellement en voix d'extinction pour plusieurs raisons et notamment du fait de la propagation de la maladie de Carrée.

Nous passerons rapidement sur le "Furet-aux-pieds-noirs", pour deux raisons. Premièrement parce qu'il n'appartient pas à la même espèce que le furet "traditionnel" (M nigripes vs M putorius furo - il fait néanmoins partie de la sous famille putorius, à laquelle on rattache entre autre, le furet et le putois). Deuxièmement, parce que le "Furet-aux-pieds-noirs" a un régime alimentaire vraiment spécifique. En effet, il inclut presque exclusivement du chien de prairie (87%) qui ne vit uniquement aux USA.

Le Dr Babeanu nous présente dans sa thèse une synthèse intéressante du régime alimentaire de furets "marrons" (M putorius furo) de Nouvelle-Zélande et du furet-aux-pieds-noirs (M nigripes). Les données sont présentées sous la forme d'un tableau, où sont comparés les données fournies par plusieurs auteurs et surtout dans le temps. En effet, l'étude la plus ancienne date de 1964 et la plus récente de 1995. Pour les raisons évoquées précédemment, nous ne reproduirons que les données concernant les furets "marrons". Ces études ont portées sur l'analyse des fèces ou sur les intestins d'animaux vivants ou décédés.


Tableau 1 : Les résultats sont en fréquence d'apparition. Régime alimentaire du furet sauvage reporté par Babeanu (inspiré de Smith et coll. 1995)

On remarque immédiatement que lorsque l'on additionne les pourcentages par étude, nous n'obtenons pas 100%. Je ne dispose pas de ces études dans leur intégralité. Je pense que c'est certainement parce les pourcentages donnés sont des fréquences d'apparition.

D'après les informations fournies, les furets "marrons" vivent dans des forêts claires, des champs ou des prairies. On peut voir qu'ils se nourrissent principalement de petits mammifères, comme des lagomorphes (c'est-à-dire les lapins), des rongeurs et des hérissons. On retrouve aussi des oiseaux et leurs œufs, et des invertébrés. Les furets qui vivent à proximité de zones humides, incluent des amphibiens et même quelques poissons. En fait, l'alimentation dépend beaucoup des proies disponibles sur le moment. Par exemple, les furets se nourriront plus volontiers de rongeurs, lors des pics annuels de population.


Si on s'intéresse maintenant au régime alimentaire du vison européen (M lutreola) rapporté par la mission de sauvegarde du vison en France, on remarque qu'il est similaire en terme de proies à celui des furets "marrons". Celui-ci comprend des amphibiens, des petits mammifères (rongeurs), des oiseaux et leurs œufs, des poissons et des invertébrés.


Si on réalise une moyenne des données fournies par Babeanu et que l'on rapporte le tout à 100%, on peut essayer de comparer les régimes alimentaires des deux espèces.


Alors que le furet marron new-zélandais se nourrit principalement de petits mammifères et de lapins, on observe que les amphibiens arrivent en première position chez le vison. Cela s'explique tout simplement par les conditions écologiques. En effet, le vison est un animal semi-aquatique inféodé aux zones humides, tandis que le furet évolue plutôt dans les prairies. A milieu écologique différent, proies différentes. D'ailleurs comme nous l'avons dit précédemment, le régime alimentaire du furet comprend plus facilement des amphibiens (voire mêmes des poissons) lorsque celui-ci évolue dans des zones humides. Tout comme le furet, le régime alimentaire du vison est lui aussi soumis aux pics de populations des proies. Ainsi les batraciens sont surtout capturés pendant la période de frai. Il est intéressant de souligner que, bien que le surnom du vison européen soit "petite loutre", le poisson ne constitue pas la majeure partie de son régime alimentaire mais se place en avant dernier, juste devant les invertébrés. En fait, le vison ne nage pas aussi bien que la loutre. Les poissons qu'il capture sont de petites tailles. Ce sont surtout ceux qui sont piégés dans les trous d'eau laissés après le retrait des crues.

Je ne dispose pas de statistiques concernant le régime alimentaire du putois européen mais d'après la ligue ROC (préservation de la faune sauvage et la défense des non-chasseurs), il comprend surtout des rongeurs (rats musqués, surmulots) et lagomorphes (lapins de garenne) mais aussi des amphibiens (crapauds et grenouilles), des poissons, des reptiles, des insectes, des vers, des charognes et même des fruits en automne. Excepté pour les fruits, le régime alimentaire du putois (M putorius) est tout à ait semblable à ceux des visons et des furets "marrons".

En conclusion, le régime alimentaire des furets redevenus sauvages (dit furets "marrons") est en tout point similaire, en terme de proies, avec ceux du putois européens (M putorius) et du vison européen (M lutreola). Il comprend des petits mammifères (lapins, rongeurs), des oiseaux et leurs œufs, des invertébrés, des reptiles et pour les animaux vivants à proximité des zones humides, des amphibiens (grenouille), voire même quelques poissons.

Références bibliographiques :
- Babeanu, Alimentation du furet, Thèse vétérinaire, 2002.
- Vison info Bulletin d'information du plan national de restauration du Vison d'Europe, n°1, février 2002.
- Un guide méthodologique pour la prise en compte du Vison d'Europe dans les documents d'objectifs Natura 2000, DIREN Aquitaine, 2004.
- Le putois, Brochure édité par la ligue ROC (préservation de la faune sauvage et la défense des non-chasseurs).

Revenir en haut




 
 Guide pratique de médecine du furet par Didier Boussarie

Livre le Vison d'Europe par Marie-des-Neiges de Bellefroid et René Rosoux

Livre sur la fouine de François Léger

Livre sur la loutre de René Rosoux, Jim Green, Christian
'
Albimielion, les furetons de César & Yéléna, élevage, furets, champagne, albinos
feulenoir.com site dédié à l'étude des mustélidés : les furets, les furets albinos, les putois et feulenoir le vison américain, furet, furet albinos, ferret, vison, vison americain, american mink, vison d'amerique

Page vue 22447 fois depuis le 12/09/2007 | Connecté(s) | Record de connecté(s) le

Page générée en 0.0218s