feulenoir feulenoir.com site dédié à l'étude des mustélidés appartenant à la accueil elevage forum livres contact furet putois visons autres mustélidés
Présentation du site feulenoir.com dédié aux furets, furetons, furet, albinos, visons américains, vison européen, vison d'Europe, vison d'Amérique Tout ce que vous voulez savoir sur le furet albinos Tout ce que vous voulez savoir sur le furet, furette et furetons Tout ce que vous voulez savoir sur les putois Tout ce que vous voulez savoir sur les visons européens américains vison d'amérique vison d'europe Tout ce que vous voulez savoir sur les hybrides furets visons putois puret futois Tout ce que vous voulez savoir sur les loutres Tout ce que vous voulez savoir sur les Mouffettes Bibliographie furet sur le net Liens Web
FEULENOIR :: Voir le sujet - Alimentation du furet : Le carné (carnée), viande, poussin,
Alimentation du furet : Le carné (carnée), viande, poussin,
MessagePosté le: 14 Déc 2005 15:40  Auteur:cesar (Administrateur)

L'alimentation Carnée


Si le carnée est l'alimentation de référence des animaux carnivores 4 arguments sont en sa défaveur :
Flèche Difficulté à établir une ration équilibrée : par exemple, la viande seule contient du phosphore mais pas beaucoup de calcium et expose à un risque de carence en calcium, etc.)
Flèche Risque sanitaire (Listériose, salmonellose, etc.)
Flèche Risque de perforations intestinales ou d'occlusions intestinales
Flèche Risque d'hypoglycémie avec seulement 1 à 2 repas par jour.

Ces 4 arguments ont été repris par Babeanut dans sa thèse 2002 sur l'alimentation du furet, où l'auteur parle de ration ménagère mais n'envisage aucunement une alimentation faite de proies.

L'alimentation ménagère décrite par Babeanut est basée sur des restes alimentaires, carcasses ou de proies piégées dans les habitations. Cette ration qui peut être qualifié "carné" ne correspond pas à celle donnée aujourd'hui par les propriétaires de furets.

Maintenant revoyons l'alimentation carné avec les connaissances actuelles :

Flèche Difficulté à établir une ration équilibrée
Il existe de nos jours de la volaille broyées (à revitaminer ou déjà revitaminées). De plus, on peut se procurer des petites proies comme des poussins, des cailles, voire même des lapins et des insectes. Il manque plus que les grenouilles pour obtenir le régime alimentaire du furet dans la nature. Donc constituer une ration équilibrée est dorénavant facile. La question que nous sommes en droit de nous poser est : est-ce que les proies d'élevages sont carencés ? Les proies d'élevages (poussins) étudiées ont montré qu'elles étaient carencées en vitamine E pour les rapaces. Pour les carnivores, elles sont pauvres (sans pour autant être carencees) en Manganèse et en Cuivre.

Flèche Risque sanitaire (Listériose, salmonellose, etc.)
Les proies citées plus haut sont fournies congeler par des grandes enseignes ou encore par des sociétés approvisionnant des zoos. Les règles d'hygiènes sont respectées. La congélation permet de détruire certains parasites. Manipuler dans des règles d'hygiène classique (pas de décongélation sauvage, pas de recongélation d'un produit décongelé, etc.), le risque sanitaire est trés faible. Il ne faudra cependant veiller à retirer la nature non consommée.

Flèche Risque de perforations intestinales et d'occlusion
Pour le premier, le risque est inexistant avec la volaille broyées et très faible avec des proies comme des poussins de 1 jour ou des bébés rats ou souris, puisque la consistance de leurs os sont plus proches du cartilage. On rapporte des cas de nécrose de la base de la langue observés chez des animaux nourris avec des proies adultes : les cartilages de la trachées pourraient venir se coincer derrière la langue et bloquer la circulation sanguine, d'où la nécrose de la langue.
Pour la volaille adultes, certains rapportent l'existence d'un risque de perforation liée aux becs et aux pattes. Pour diminuer ce risque, on peut recommander de décapiter et d'amputer les proies avant de donner à manger à son furet.

Concernant les risques d'occlusion avec des plumes ou avec la fourrure des proies (les ratons et souriceaux sans poils ne présentent pas ce risque), on recommande de fournir régulièrement de l'huile de paraffine à l'animal (sans aucune étude sur le sujet, on peut énoncer la recommandation de 1 cueillere par semaine).

Ceci dit, le furet vivant dans nos habitations présente toujours un risque d'ingestion de petits objets comme du plastique ou des morceaux tissus. Fournir régulièrement de l'huile de paraffine, même si le furet n'est pas nourrit avec du carnée, est peut être un atout.

Flèche Risque d'hypoglycémie avec 2 repas par jour.
Pour l'instant, je n'ai pas encore suffisamment de preuves pour confirmer ou infirmer cet argument. Si je m'en réfère aux études sur les élevages de vison américains et de furets, les animaux sont nourris 1 à 3 /jour selon le stade physiologique de l'animal (nouveaux-nés, croissance, adulte).
Revenir en haut




 
 Guide pratique de médecine du furet par Didier Boussarie

Livre le Vison d'Europe par Marie-des-Neiges de Bellefroid et René Rosoux

Livre sur la fouine de François Léger

Livre sur la loutre de René Rosoux, Jim Green, Christian
'
Albimielion, les furetons de César & Yéléna, élevage, furets, champagne, albinos
feulenoir.com site dédié à l'étude des mustélidés : les furets, les furets albinos, les putois et feulenoir le vison américain, furet, furet albinos, ferret, vison, vison americain, american mink, vison d'amerique

Page vue 5707 fois depuis le 12/09/2007 | Connecté(s) | Record de connecté(s) le

Page générée en 0.0229s