feulenoir feulenoir.com site dédié à l'étude des mustélidés appartenant à la accueil elevage forum livres contact furet putois visons autres mustélidés
Présentation du site feulenoir.com dédié aux furets, furetons, furet, albinos, visons américains, vison européen, vison d'Europe, vison d'Amérique Tout ce que vous voulez savoir sur le furet albinos Tout ce que vous voulez savoir sur le furet, furette et furetons Tout ce que vous voulez savoir sur les putois Tout ce que vous voulez savoir sur les visons européens américains vison d'amérique vison d'europe Tout ce que vous voulez savoir sur les hybrides furets visons putois puret futois Tout ce que vous voulez savoir sur les loutres Tout ce que vous voulez savoir sur les Mouffettes Bibliographie furet sur le net Liens Web
FEULENOIR :: Voir le sujet - Le Furet : Acheter en animalerie ?
Le Furet : Acheter en animalerie ?
MessagePosté le: 06 Fév 2006 20:54  Auteur:cesar (Administrateur)

Où trouver son furet en France, voire son animal de compagnie ?


Aujourd'hui, le choix se résume en 4 possibilités : en animalerie, auprès d'un éleveur professionnel, chez des particuliers ou via une association ou un refuge. Mais quelle est la meilleure option ? C'est une question légitime car on entend tout et son contraire. Les animaux de certaines animaleries ont souvent mauvaise réputation. Certes … mais certains éleveurs ou particuliers, attirés par l'appât du gain, ne valent guère mieux.


Les animaleries proposent des furets mais il existe d'autres possibilités pour acquérir l'animal tant désiré

Je n'ai pas trouvé en France d'étude comparant les différentes provenances des animaux de compagnie. Par contre, lorsque nous nous tournons vers nos proches voisins (cousins ?) et notamment la Belgique, les recherches sont fructueuses. Un revue d'aide aux consommateurs "Test-Achats" (un peu le "Que choisir" français) a fait paraître en 2002 (avril 2002 – n°453), un article sur les belges et leurs animaux de compagnie. Le sujet a son importance car en Belgique, 4 belges sur 5 possèdent ou ont possédé un animal de compagnie. Je n'ai malheureusement pas réussi à me procurer l’article dans intégralité mais j'en ai trouvé une synthèse, publiée dans une revue vétérinaire (Le monde vétérinaire n°66 juin 2002). Je vous en livre quelques conclusions.

Une partie de l’article s’est porté sur l'origine de l'animal. Même si le furet n'est pas cité, les informations fournies sont très intéressantes. D’après l’étude, pour acheter un animal de compagnie, quel qu'il soit, il faut mieux passer par un éleveur professionnel et ce pour 2 raisons :
Flèche les animaux développent moins de maladie dans les jours suivants l'achat;
Flèche les animaux ont moins de risque de mourir dans les jours suivants l'achat.

La fréquence des maladies et des décès dans les jours suivant l’achat dépassent les 40% lorsque l’animal provient d’un magasin spécialisé mais ces chiffres chutent de moitiés (<20%) s’il le vendeur est un éleveur professionnel. L’achat sur les marchés (par des particuliers ?) occupe une place intermédiaire avec 25 à 27% de risques et les associations remportent la palme avec moins de 13%.


D'après X. Debourse & G. Sermeus, "Le maître, l'animal et le vétérinaire", Le monde vétérinaire n°66 juin 2002, pp18-24.


Attention cependant dans l’interprétation de ces résultats. Cela ne veut pas dire pour autant que plus de 40% des animaux des magasins développent des maladies dans les jours suivant l'achat mais que sur les animaux malades 42% provenaient de magasins spécialisés.

Aux vues de ces résultats, ceux qui s'en sortent le mieux semblent être les associations de protections des animaux. Alors pourquoi conseiller de passer par un éleveur professionnel plutôt que par une association. En fait, ces excellents résultats ne sont pas tant liés au travail exemplaire des associations qu’à un biais. Je m’explique, les éleveurs et les animaleries placent souvent en priorité des jeunes animaux. Or ces derniers sont plus fragiles aux maladies. Les associations et les refuges recueillent surtout des animaux plus âgés à placer (abandon). A priori, ils seraient plus résistants que les jeunes animaux. Schématiquement, on serait tenté de dire que si le choix de l’animal porte sur un individu adulte, mieux vaut passer par une association. Si l’animal désiré est un jeune, mieux vaut privilégier un éleveur professionnel. Et bien non car pour cela il faudrait réaliser des sous groupes et connaître l’âge des animaux au moment de la vente, puis faire une étude pour comparer. Cela serait assez lourd.

Un autre biais qui pourrait être évoqué est que les belges achètent majoritairement leurs animaux dans des magasins spécialisés. De ce fait, étant surreprésenté, il est normal qu’il apparaisse en premier pour la fréquence des maladies et des décès. On parle de biais de recrutement. Petite aparté, si je vous dis que le nombre de suicides en 2006 à augmenter dans les prisons par rapport à 2005, peut-on pour autant en conclure que la population carcérale souffre d’un mal être ? Si ce nombre de suicides n’est pas rapporté au nombre de prisonniers (augmentation de la population carcérale) mais aussi au taux de suicide dans la population générale, on ne peut rien conclure. Pour en revenir à nos petits animaux de compagnie, les Belges passent en priorité chez un éleveur professionnel (44% des cas). Donc cela élimine le biais de recrutement d’un achat plus important en animalerie.

Citation:
Au total, l'article conclu qu’acheter son animal chez un éleveur est "la solution qui offre le plus de garantie quant à la bonne santé de l'animal".


Il est difficile de savoir si ces résultats s’appliquent pour la France. Il n’est pas sure que le cadre légal et les conditions de vie des animaux soient les mêmes dans les boutiques spécialisées belges que dans les animaleries françaises. Même si les exemples sont légions, il n’est pas possible de mettre toutes les animaleries au même plan.

Références bibliographiques :
- X. Debourse & G. Sermeus, "Le maître, l'animal et le vétérinaire", Le monde vétérinaire n°66 juin 2002, pp18-24.
Revenir en haut




 
 Guide pratique de médecine du furet par Didier Boussarie

Livre le Vison d'Europe par Marie-des-Neiges de Bellefroid et René Rosoux

Livre sur la fouine de François Léger

Livre sur la loutre de René Rosoux, Jim Green, Christian
'
Albimielion, les furetons de César & Yéléna, élevage, furets, champagne, albinos
feulenoir.com site dédié à l'étude des mustélidés : les furets, les furets albinos, les putois et feulenoir le vison américain, furet, furet albinos, ferret, vison, vison americain, american mink, vison d'amerique

Page vue 28639 fois depuis le 12/09/2007 | Connecté(s) | Record de connecté(s) le

Page générée en 0.019s